Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les noces de palissandre de Raymond et Marie Pauget

20 Juin 2012, 07:08am

Publié par Actu.Saint-Bénigne

St-BénigNocPalissalo

Ils sont nés, lui, il y a presque 89 ans, le 6 septembre 1922, à Bâgé dans une famille de quatre enfants, elle, Marie Chambard, un an plus tard à Feillens, le 9 septembre 1923 au sein d’une fratrie de 8 enfants. Bâgé, Feillens, presque des voisins. Mais en ce temps-là, sans voiture ni motocyclette, les distances étaient importantes.

C’est la guerre, celle qu’ont vécu leurs pères, deux anciens poilus de 14, qui les a rapprochés. Rescapés du même régiment ils se sont retrouvés et rendu visite l’un à l’autre. Les enfants se sont aimés.

La guerre, Raymond en a connu les effets quand, entre juillet 1942 et février 1943, il sera mobilisé dans les chantiers de jeunesse à St-Laurent-du-Pont (Isère) avant d’être appelé au STO (service du travail obligatoire), dans la région de Lorient. Raymond parviendra à s’enfuir avec 2 compagnons au moment de son transfert en Allemagne.

Leurs noces ont été célébrées le 9 avril 1947 à Feillens. Mais ils furent quatre ce jours-là à se présenter devant le maire. Lucien, le frère de Raymond, épousait en effet Louise, la sœur de Marie !

C’est, travaillant dans la ferme aux côtés des parents, qu’ils ont vécu leurs premières années. Une exploitation plus importante sera nécessaire pour nourrir les deux familles qui s’installeront à St-Juliens-sur-Veyle. Les cinq premiers enfants du jeune couple : Annie, Pierre, Yves, Michel et Guy y naitront. Ils auront aussi la douleur de perdre l'un d'eux, Guy, dans les premiers mois de sa vie.

 

En 1957, Raymond aura l’opportunité d’entrer dans une fabrique de matériaux pour bâtiment, à Curciat-Dongalon. Esprit fécond, actif et dynamique, il sera remarqué et rapidement promu contremaître. Il dirigera ainsi jusqu’à 25 employés sur les différents postes de fabrication et de livraison. Marie donnera le jour aux trois derniers enfants du couple : Christian, Brigitte et Bernadette.

Leur famille installée dans la maison qu’ils firent construire, la vie s’écoulera entre les grands enfants et les plus jeunes. Pour Marie les travaux d'hercule, dans la maison, le ménage et l'éducation des nombreux enfants. Pour Raymond, le travail au dehors, la fabrique et la direction des équipes. Du travail, encore du travail...

Jusqu’à ce que tour à tour les enfants quittent la maison et que Raymond fasse valoir ses droits à la retraite, le 1er janvier 1983. Mais ce sera une retraite active. Comme président du club de l’amitié pour lequel il organisera quelques 17 voyages, ou encore avec le comité des Fêtes dont il sera, quelques années durant, le trésorier. L’écriture également, en devenant correspondant du journal le Progrès, pendant 5 ans, et de la Voix de l’Ain quinze années durant.

Désormais domiciliés à St-Bénigne, Marie et Raymond ont fêté leurs 65 ans de vie commune entourés de leurs enfants et conjoints, de Louise et Lucien, mariés le même jour, et de leurs frères et sœurs. Ils sont les grands-parents de 16 petits-enfants et comptent 15 arrières-petits-enfants.

Commenter cet article