Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les noces de diamant de Claude et Gabrielle Baclet

7 Juin 2012, 19:59pm

Publié par Actu.Saint-Bénigne

baclet-043--Copier-.jpg

Il y a 60 ans, dans la mairie d’un petit village de l’Orne, Bazoches-sur-Hoësne, Claude et Gabrielle Baclet échangeaient leurs vœux de mariage. Ce 2 juin 2012, c’est dans la mairie de Saint-Bénigne où ils sont désormais domiciliés, entourés de leur famille, de leur enfants Serge, Sylvie, Isabelle et leurs conjoints, de leurs petits enfants Marie, Sarah, Claudia, Charlotte et de Baptiste leur arrière petit-fils, que Claude et Gabrielle ont confirmé au terme de leur sixième décennie de vie commune, la promesse scellée en 1952.

baclet-042--Copier-.jpgEntre ces deux dates une vie faite de labeur, de naissances, d’instants de joie, mais aussi de difficultés. Claude prendra des responsabilités dans différentes entreprises. Et notamment dans la société des Vernis Bouvet qui vaudra au couple de quitter la sous-préfecture du Raincy (Seine-Saint-Denis), pour s’installer à Tournus. Ils y séjourneront de 1956 à 1967, année où ils réintégreront la maison natale de Claude au Raincy, après le décès de son père. D’autres responsabilités dans de nouvelles entreprises et notamment au Centre technique du bois où Claude Baclet achèvera une carrière bien remplie. L’éloignement de leurs enfants, une fille en Angleterre, une autre aux Etats-Unis, leur fils en Saône-et-Loire, les décideront à se séparer de la maison familiale pour revenir près de

 

Tournus région qu’ils avaient appréciée et où leur fils, Serge, nostalgique de son enfance était venu s’installer… C’est au lieudit Le Berger, à St-Bénigne, qu’ils ont élu domicile.

baclet-024--Copier-.jpg

Une rencontre pas banale !

Paris, 11 novembre 1949. Claude Baclet et un ami longent le boulevard des italiens entre les rangées de camelots. L’un d’eux, la main sur le torse, exhibe une petite souris qui lui court sur les membres. La souris est en fait attachée par un long cheveu à un bouton de veste et semble courir lorsque que l’illusionniste change de main. Les jeunes gens décident de faire l’essai et avisent deux jeunes filles, dont l’une à de grands cheveux qui, tout à côté, suivent l’expérience. Le cheveu donné, l’essai réalisé, les jeunes gens poursuivent la promenade en compagnie des jeunes filles qui se nomment Monique et Gabrielle. Ils se reverront.

Sans le savoir, pour une histoire de cheveux et de souris, Claude vient d’en prendre pour 60 ans !

 

 

   

Commenter cet article