Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'homme et la forêt : Une ancienne connivence (suite)

16 Février 2012, 07:37am

Publié par Actu.Saint-Bénigne

Rubrique rédigée par Jean-Jacques Willig.
Dans le précédent article, furent abordés les rôles de la forêt aménagée, les spécificités de cet espace craint, ainsi que sa dimension stratégique sous Colbert. Aujourd’hui sera décrit l'influence du siècle des Lumières, de la Restauration et de son importance actuelle.
 

Au temps des Lumières

Au temps des lumières, on s'inquiète du constat de la Grande Ordonnance conduite par Colbert. Les textes et les mises en garde sont nombreuses, mais le pouvoir ne peut trouver de parade à cette situation, faute de disposer en abondance de charbon de terre, bref d'être engagé dans un processus précoce de révolution industrielle similaire à celui de l'Angleterre.

La Restauration

C'est la Restauration qui engage le changement, avec le Code Forestier et le passage progressif à la transformation des peuplements( taillis sous futaie), en futaies destinées à produire prioritairement des bois d’œuvre. Cet objectif a réclamé plus d'un siècle pour être atteint et fut parfois remis en cause par les blessures de notre histoire guerrière ( bois mitraillés...).

 

 

mini_FT007LL.jpgDans la forêt de Tronçais.  

La futaie Colbert et ses Chênes multicentenaires.

Tronçais1

est l'une des plus belles futaies d'Europe.

 

On assiste alors à une forte croissance des surfaces boisées, en particulier après 1880, au moment ou l'Europe commence à s'inscrire dans un économie faisant circuler les céréales et les produits d'élevage à l'échelle internationale.

Et aujourd'hui...

La France compte parmi les plus grands massifs forestiers en Europe, avec un peu plus de 16 millions d'hectares ou 29 % de la surface de son territoire. La forêt de la France métropolitaine se place en effet en quatrième position en Europe, derrière la Suède, la Finlande et l'Espagne. La surface forestière française continue à s'accroître...c'est le sujet du prochain article.

 

 

Commenter cet article