Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Correspondance de guerre : une conférence de Michel Mauny

8 Septembre 2011, 06:39am

Publié par Actu.Saint-Bénigne

 1235 lettres ! La guerre de 1914 à 1918 dans sa totalité, vue à travers la correspondance quasi quotidienne d’un couple d’instituteurs.

Emile était au front, Léa à l’arrière. Des lettres d’amis, de familiers se mêlent à cette correspondance. Deux visions s’opposent : celle du soldat vivant dans l’enfer et celle des parents restés à l’écart, dans un pays rural éloignés du fracas des armes, désinformés, et qui n’avaient du conflit qu’un écho lointain, sinon le choc du retour des jeunes tués.

A l’occasion d’un déménagement, Michel Mauny a découvert cette correspondance, rédigée par ses grands-parents, oubliée dans un grenier.

« Il y avait une boîte avec une étiquette portant la mention « guerre ». Nous avions peu de temps, mais j’ai pris celui d’ouvrir quelques lettres et j’ai réalisé qu’il y avait là quelque chose d’extraordinaire que nous devions garder, pour notre famille » raconte Michel Mauny.

Contenu dans deux boîtes, ce courrier fut conservé, puis étudié.

«Chaque lettre était dans son enveloppe. J’ai d’abord fait un tri, classé, et mis les feuillets et chaque élément sous pochette afin de les préserver. J’avais l’intention de rédiger un recueil pour notre famille mais la rencontre fortuite avec un ami de mon fils, devenu historien, a changé la donne. Avec l’un de ses confrères, universitaire, ils m’ont convaincu qu’il y avait là un gisement pouvant intéresser un plus large public. Ils m’ont suggéré de faire une esquisse et de la leur soumettre. A sa lecture ils m’ont fortement encouragé ».

 
Michel Mauny
St-BénigMichelMauny1lo

Selon ces historiens ce témoignage revêtait un caractère exceptionnel parce qu’il y avait là, non pas le seul témoignage du poilu, mais celui de son épouse et des gens de l’arrière dans leur vie au quotidien. Deux éléments rarement réunis.

2 ans de travail ont été nécessaires à Michel Mauny pour réaliser un ouvrage auto-édité à 1500 exemplaires.

«Afin d’éviter les manipulations multiples et les destructions toujours possibles avec de vieux documents, j’ai d’abord tapé tous les textes en les référençant et les ai enregistrés sur l’ordinateur. Le travail d’étude et le classement chronologique ont alors commencé. Mes amis universitaires m’ont conseillé et guidé sur la manière de rédiger ».

17 septembre, conférence publique de Michel Mauny, dans la salle des fêtes à 20 h 30.

Commenter cet article